Le développement personnel est-il de droite ?

Publié le 14 Juin 2019

Le développement personnel est-il de droite ?

Il y a un cliché récurrent dans le développement personnel, nous serions tous de droite. Caricature ou véritable philosophie droitière qui prônerait l’individualisme à outrance. Cet article, un peu polémique je vous l’accorde, fait réponse à quelques messages d’encouragement (et c’est un euphémisme)  de certains se disant de gauche et prônant la tolérance surtout avec ceux qui pensent comme eux. Sujet que j’ai trouvé intéressant à traiter.

 

Cette idée reçue découle surtout à mon avis, du fait que le développement personnel moderne provient des Etats Unis, de notre cher « Oncle Sam » symbole du capitalisme dévorant et assoiffé.  Ainsi coach serait un raccourci de « salaud de droite » qui prônerait l’individualisme au service du méchant capitalisme ! Un peu simpliste mais, en définitive, pourquoi pas. Toutes les opinions sont défendables sous condition d’argumentation.

 

Le développement personnel serait donc, d’après eux, cette utopie capitaliste du penser positif, et surtout de la faculté personnelle d’agir pour changer les choses. Même si certains tenants du développement personnel américain peuvent avoir un discours droitier en apparence qui s’exporte, d’ailleurs de plus en plus en France, il est surprenant de voir que les tenants de l’humanisme (comme si les autres ne l’étaient pas) s’ulcèrent aux mots de développement personnel, suggérant que se comprendre soi-même serait devenu trop dangereux ! Je peux concevoir que l’individualisme et tout ce qui peut faire sortir du collectif puisse déranger ou être source de crainte.

 

Pourtant posons-nous deux minutes. En quoi le développement personnel serait-il dangereux ? Les personnes réfléchissant à leur identité, à leur objectif, à leur ambition seraient-elles forcément des capitalistes sans vergognes qui ne souhaitent qu’une chose : rouler en porche, Lamborghini ou autres véhicules de « riches » après avoir abusé de la classe ouvrière dont généralement ils ne connaissent que le nom? Je ne dis pas qu’il n’y ait pas des personnes dont l’objectif est de s’enrichir et d’exhiber cette richesse mais après tout n’est-ce pas leur droit ? Rassurez-vous c’est une infime minorité…

 

Beaucoup de personnes, que j’accompagne comme mes confères d’ailleurs, viennent chercher de l’aide, un soutien. Notre action consiste à faire émerger les problèmes et surtout les croyances limitantes pour la plupart liées à l’enfance. Être plus à l’aise en société, vaincre sa timidité, et enfin se sentir plus épanoui, voilà quelques buts à atteindre. Cette démarche permet à l’individu de retrouver sa spécificité tout en étant plus tolérant envers les autres.

 

En effet, le développement personnel, c’est essentiellement travailler sur soi, et les détracteurs oublient que cette philosophie remise au goût du jour par nos cousins américains provient en fait des Grecs et des Romains. Eh oui ! Dès l’antiquité déjà Socrate disait « Connais-toi toi-même », et je laisse de côté les écoles Épicuriennes et Stoïciennes, car la liste va être longue… Mais comme les Américains l’ont remis au goût du jour… forcément cela ne peut être que de droite ! Heureusement que ce ne sont pas nos amis russes sinon les tenants de la droite auraient crié au scandale Bolchevique !

 

Alors travailler sur soi, remettre en cause ses croyances limitantes, comprendre sa vision du monde, et surtout mettre en place des actions qui nous sortent de notre zone de confort, en quoi cela serait-il dangereux ? Les risques encourus seraient-ils si importants au point de faire une telle mauvaise presse à cette discipline.

 

A titre personnel, je ne me soucie ni de la couleur de peau, ni des opinions de chacun, encore bien moins des pensées politiques des personnes que j’accompagne et qui m’entourent. Elles ont leurs croyances et expériences qui font qu’elles pensent cela actuellement.

 

Je suis fier d’aider modestement des personnes à comprendre pourquoi ils n’agissent pas, et j’éprouve de la satisfaction quant je constate des évolutions positives de leur fierté individuelle loin d’un collectif parfois étouffant.  Aller à la rencontre de soi-même est parfois indispensable pour certains d’entre-nous.

 

Ce tenant gauche/droite viendrait également de la dichotomie égalitarisme (et non l’égalité) et méritocratie (si tu veux quelque chose il va falloir travailler). Malheureusement ?  Alors si décréter que la méritocratie est de droite et que pour avoir quelque chose il faut travailler, malgré nos prédispositions sociales et culturelles, alors disons-le, le développement personnel est de droite, mais j’ai bien peur que cette conclusion soit simpliste.

 

Être heureux avec soi ne serait-il pas la clé pour retrouver l’harmonie du groupe ? N’est-ce pas cela la recherche dans le développement personnel et la quête de soi ! Contrairement à toute forme de totalitarisme qui nous dicterait comment et où penser ? N’est-ce pas cela la manipulation des esprits ?

 

Pour reprendre mon maître spirituel qui n’est pas américain mais plutôt grec, « la seule chose que je sais est que je ne sais rien » disait Socrate, mais ne sachant pas, je me dis que c’est possible… en travaillant bien sûr. Mais travailler voudrait-il dire que je suis de droite ?

 

En définitive, je pense que la politique au sens politicienne ou médiatique n’a absolument rien à faire dans le domaine du développement personnel. Je ne choisis pas les personnes que j’accompagne et encore moins leur conviction, et je pourrais même pousser le bouchon jusqu’à affirmer que je suis un travailleur social à mon compte qui prône la méritocratie. Je comprends tout à fait que certaines idéologies soient ulcérées par ce domaine, mais comme toutes les idéologies de droite comme de gauche, elles sont des freins à la réflexion individuelle.

 

La sociologie de Bourdieu ne peut pas devenir une excuse pour ne pas agir mais au contraire être au service de son développement en sachant d’où on vient et en ayant pris conscience de nos croyances limitantes, qui nous disent de toute façon tu n’y arriveras pas car tu n’es pas bien né… Finalement qui est le plus humaniste : celui qui dit que tout est possible ou alors celui qui dit tu es né là, donc tu n’as aucune chance ?

 

Le collectif n’est pas pour les tenants du développement personnel, un terme à bannir, bien au contraire, mais c’est au travers de la connaissance de soi que l’on peut s’intégrer dans le collectif de la société au sens noble du terme et de la vie de la cité pour les Grecs.

 

L’assertivité serait donc plus propice qu’un jugement hâtif même si ce mot est d’origine Anglo-saxonne donc capitaliste 😉 ! Dans le traitement d’un sujet, il convient de ne pas voir juste le traitement médiatique qui peut en être fait (celui- là d’ailleurs que vous critiquez tellement sauf quand celui-ci va dans votre sens bien sûr. La tolérance, oui mais seulement avec des personnes qui pensent pareil que vous).

 

Le développement est, certes, personnel mais il profite aussi, à l’ensemble de la société puisqu’il permet à la personne grâce à une connaissance plus fine de soi d’être épanouie et de pouvoir accepter le vivre ensemble malgré les sensibilités différentes et s’intégrer dans ce collectif que l’on nomme société.

 

Je vous laisse méditer sur ces deux citations :

« La foule est le critère du pire, elle chérit ses propres maux et s’insurge contre la raison » Sénèque

« Que celui qui veut mouvoir le monde se meuve d’abord lui-même » Socrate

Lire Aussi : Comment gérer la critique ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article